Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
VIES d'ASSOSS COEUR DE SAVOIE

Nous relatons ici les activités des associations de Coeur de Savoie qui le souhaitent, chaque adhérent à l'une ou l'autre pouvant ainsi être au courant des événements à venir dans leurs pages ainsi que des comptes rendus de ceux-ci dans les rubriques actualités. Le but de ce blog est d'assurer une interaction entre les activités de chaque associations et de pouvoir ainsi agir ensemble sur une fête, une animation ou faire oeuvre commune sur un projet. Chaque association étant maître de ses écrits et photos montrés ici. Par respect pour la vie privé nous ne nommons jamais les adhérents par leur noms de famille, éventuellement leur prénom hors ceux qui ont, adhérents ou pas , une vie publique notoire (responsables ou élus en général)

FLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOIS

Publié le 3 Octobre 2022 par Guy Harchin in ACTUALITES GENERALES, N&P CRUET

L'émotion commence un matin à 6h15 au beau village de Cruet. L'atmosphère est bruineuse, froide et obscure. On se salue rapidement sans forcément reconnaître, on charge les sacs dans la la Land sans chanson.  On monte dans les voitures, le covoiturage est organisé, la question du qui monte avec qui ne se pose pas ici. A 6h18 le convoi d'une Land suivie de trois automobiles s'ébranle. Le noir troué par les phares s'écarte laissant apercevoir une route maintenant bien arrosée de pluie. Mon regard se fige au travers des essuis glaces sur les deux feux rouges du véhicule précédent. Je ne dis mot, derrière des voix féminines me sortent alternativement d'une somnolence qui s'installe. Le conducteur conduit, concentré sur la voie, déçu sans doute de ma non voix. Nous sortons de la nuit à Grenoble. Les nuées sont grises foncées et la pluie est toujours là. Elle nous quitte après Napoléon et ses troupes de nuages s'écartèlent lentement. Le jour est là au col de la Croix Haute où nous faisons l'arrêt pipi. Tout le monde n'a pas envie mais on sort des voitures, au pire on ouvre les portières pour accueillir nos deux adhérents marseillais qui nous on rejoint ici. Avec eux on sent le soleil arriver mais la température est toujours glaciale. Vite on reprend la route en convoi de cinq véhicules maintenant. Après un bout de route sinueux et bucolique à souhait où le soleil écarte enfin les nuages pour flirter avec les troncs et caresser la canopée nous faisons étape à Chatillon en Diois. Officiellement pour le petit déjeuner.

Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois

Visite de Chatillon sur Diois

Un proverbe chinois dit "Un vrai voyageur ne sait pas où il va." C'est notre cas.
Roland se garde toujours de dévoiler les endroits où il nous emmène. Un seul indice très large "nous allons dans le Diois...Cherchez donc! Mais il n'est pas chinois, il sait donc parfaitement où il va, avec précision, dans tous les détails, il a tout répertorié, préparé, organisé, avec tous les textes et lectures qu'il a soigneusement classés dans sa mémoire morte (Rom) de classe de printemps, d'été, d'automne et même d'hiver et sa mémoire vive (Ram) les révèle sur chaque lieu où il nous emmène avec une précision et une élocution claire qui nous interpelle et émeut à chaque fois.

Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois

Visite de Chatillon sur Diois

C'est ainsi que tranquillement après le petit déjeuner café thé petits pains au chocolat, pains d'épices et madeleines que l'on attendait pas, une guide du Patrimoine sortie de l'Organisation Rolanesque (OR) prend le groupe en main pour l'entraîner dans les "viols" de Chatillon en Diois, prononcez "Vio" bien sûr, c'est du patois du pays qui signifie rue, vous l'avez tous compris à partir du "Via" romain. Ne me demandez pas ce que vient faire le "l" dans la VIO qui n'apparait cependant  pas dans la voix.

Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois

Visite de Chatillon sur Diois

La guide nous entraine donc dans les viols étroites, voutées, pavées du vieux village mais nouvelle commune depuis 2019 de Chatillons en Diois membre de l'association des plus beaux village de France.
Attaché à mon appareil photo je cours devant, passe derrière, monte l'escalier, descend la rampe, me faufile dans la passe étroite prenant toutes photographies utiles et inutiles. J'entends la guide par brides, elle explique le trou de serrure à l'envers pour les protestants, les pesureaux des anciennes maisons, le beffroi et la tour de l' horloge, la maison des consuls, attire notre attention sur certaines portes, sur les vestiges des remparts du XIVe, nous fait visiter la Mairie classée du XVIe siècle et l'église Saint Julien, toutes choses qui resteront mortes dans notre mémoire(Rom) mais sollicite néanmoins la Ram instantanément par de vives émotions .

Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois
Visite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur DioisVisite de Chatillon sur Diois

Visite de Chatillon sur Diois

Sous mon objectif, comme un vol d'étourneaux, le groupe se rassemble, s'étire, ondule, se resserre, s'étiole, se courbe au gré des placettes, des escaliers, des voutes, des viols larges, des passages, étroits, voire très réduits où il faut en outre se baisser pour éviter les bosses aux quelles certaines n'échapperont pas...paix à leurs crânes!
Toutes et tous tomberont néanmoins sous le charme de ces viols ensoleillées, désertées des l'automne. Il ne reste que peu d'habitants à l'année dans ces maisons de pierres difficiles à entretenir et aussi très probablement à chauffer sans parler de l'accès qui interdit quasiment les véhicules à quatre roues. Reste qu'il faut continuer à entretenir et restaurer pour le tourisme d'été et pour le Patrimoine.

FLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOIS
FLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOISFLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOISFLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOIS
FLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOISFLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOISFLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOIS
FLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOISFLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOISFLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOIS

Et puis j'abandonne le groupe qui grimpe dans la mairie car deux, trois personnages semblant sortir des poésies de Frédéric Mistral, des romans de Giono ou encore des films de Marcel Pagnol attire mon regard. Je les interpelle pour la photographie et se ils mettent en scène tous heureux pour le plaisir de mon objectif.
Et puis retour flâneur par un court viol qui nous ramène à notre point de départ, nous quittons la guide avec tous les honneurs et le convoi s'ébranle derrière la Land vers son point de gîte.

La dégustation de fromage à la PagnolLa dégustation de fromage à la PagnolLa dégustation de fromage à la Pagnol
La dégustation de fromage à la PagnolLa dégustation de fromage à la Pagnol
La dégustation de fromage à la PagnolLa dégustation de fromage à la Pagnol
La dégustation de fromage à la PagnolLa dégustation de fromage à la PagnolLa dégustation de fromage à la Pagnol

La dégustation de fromage à la Pagnol

Au bout d'une route carrossable, entendez par là un peu goudronné, un peu piste, un peu forestière, parfaitement utilisable par tous véhicules normaux roulant à 20 km/h nous arrivons au Gîte de Souberoche qui sera notre lieu d'étape pour deux nuits, deux petits déjs, un déjeuner, deux dîners et théoriquement un pique-niques en balade, dont nous serons niqués pour cause de pluies matinale, on piquera donc dans les plats en salle d'activité.
Après avoir garé les voitures de manière anarchiques sur un parking en herbe naturelle, ce qui sied parfaitement au lieu, notre charmante hôtesse en mode "nature" nous invite à découvrir les lieux : deux gîtes pour dormir et une grande salle pour être actif le tout dans trois bâtiments séparés, restes rénovés et adaptés du vieux village de Souberoche.
Nous déchargeons rapidement la Land et aménageons directement la salle d'activité pour les repas et y déposons provisoirement nos sacs personnels desquels chacun tire son déjeuner. Le repas dégusté, le vin tiré du cubi, le café bu, dans la foulée nous partons en rando... La sieste sera pour une autre fois...
Pour dormir après le retour et le dîner quand même, chacun s'attribuera un lit au hasard dans les deux bâtiments qui sont dédiés à cette activité reposante.

Premier départ en randonnée au Gîte de Souberoche
Premier départ en randonnée au Gîte de SouberochePremier départ en randonnée au Gîte de SouberochePremier départ en randonnée au Gîte de Souberoche
Premier départ en randonnée au Gîte de SouberochePremier départ en randonnée au Gîte de SouberochePremier départ en randonnée au Gîte de Souberoche
Premier départ en randonnée au Gîte de SouberochePremier départ en randonnée au Gîte de SouberochePremier départ en randonnée au Gîte de Souberoche

Premier départ en randonnée au Gîte de Souberoche

L'ancien village de Souberoche est située à mille mètres d'altitude au sommet d'une majestueuse falaise. Inutile de vous dire qu'il y fait très frais, huit ou neuf degrés selon les thermomètres de voitures, pas question donc de s'endormir rester vif est de rigueur. Heureusement la digestion se fait dans une descente magnifique en forme de cœur. Le chemin d'Echelle sans échelles ni escaliers nous dépose deux cent cinquante mètres plus bas. Nous sommes surpris de découvrir les pieux verticaux des champs de houblons que l'on imaginait pas cultivés  ici. Plus loin, plus traditionnel, c'est le sourire d'une jolie bergère qui ramène ses chèvres qui nous enchante. Nous atteignons ensuite le Moulin de Ravel dont la roue tournait il y a longtemps sans doute grâce à l'eau du ruisseau de Boulc. Aujourd'hui plus aucune trace ni de roue ni d'eau, à travers ses vieux carreaux quelques vestiges de forges avec la présence d'une enclume qui a vu passé sans doute quelques siècles de fer rouge sur ses bigornes.
Il nous faut maintenant remonter ce que nous avons descendu et ce sera difficile pour certaines et facile pour d'autres mais chacun sera content de cette trés jolie randonnée.

 

Au Gîte de SouberocheAu Gîte de Souberoche
Au Gîte de SouberocheAu Gîte de SouberocheAu Gîte de Souberoche
Au Gîte de SouberocheAu Gîte de Souberoche
Au Gîte de SouberocheAu Gîte de SouberocheAu Gîte de Souberoche

Au Gîte de Souberoche

sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature
sur les chemins nature

sur les chemins nature

FLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOIS
FLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOISFLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOIS
FLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOIS

Emotion contenue ce matin au petit déjeuner... les nuages sont à hauteur des yeux  et il pleut à grosses gouttes !! la grande randonnée prévue tombe à l'eau ! c'est la désespérance dans tous les regards... Que va donc t'on faire de la journée ? L' ORNPC a prévu la pluie, aucun problème ce sera un film ce matin et un deuxième l'après midi si le faut...ou des parties de tarots.
Le film "Au revoir Monsieur Haffman" fera passer la matinée dans l'ambiance raciste de l'occupation suscitant une émotion silencieuse mais palpable dans tout le groupe des assistants.
Pendant la séance tous les spectateurs ont pu voir sur l'écran que la pluie disait bonjour au soleil et que la journée ne serait donc pas noyée complétement. On transforma donc très rapidement la salle de cinéma en réfectoire et on se mit à table pour manger en vitesse les restes du fabuleux diner traditionnel savoyard de la veille cuisiné avec Amour par les fées cuisinières (les sorciers cuisiniers sont exclus) de l'ORNPC. La vaisselle fut déportée pour le soir et on s'en fut sans sac et avec bâtons sur le chemin détrempé mais 
ensoleillé, plus dans nos yeux que sur le terrain il faut le dire. Mais c'est certain la pluie avait cessé.
Et c'est là que Philippe nous dit : Il va encore pleuvoir... et personne ne lui a répondu.

Au Gîte de Souberoche
Au Gîte de SouberocheAu Gîte de SouberocheAu Gîte de Souberoche
Au Gîte de SouberocheAu Gîte de SouberocheAu Gîte de Souberoche
Au Gîte de SouberocheAu Gîte de SouberocheAu Gîte de Souberoche

Au Gîte de Souberoche

Pas question bien sûr de partir à 15 heures pour la grande randonnée prévue qui devait nous mener au plus haut village de la Drome, La Vière village, camping et rivière se jetant dans la Drôme. L'ORNPC ne peut être prise au dépourvu, elle a toujours un plan b, c voire d dans sa mémoire morte. Pour l'heure ce sera le plan B, descente de la falaise pour la gorge des Gâts, le ruisseau des Gas, les trois cascades et remonter la falaise après avoir traversé le ruisseau par le pont Romain des Vachères. Au total 300 m de dénivelé en rampe confortable en lacets aussi bien à la descente qu'à la montée. 
 

Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin
Sur le chemin

Sur le chemin

La descente le long des falaises blanches sera magnifique, d'un côté les hêtres feuillus encore vert, de l'autre des falaises et rochers de calcaire blanc à qui l'érosion a donné des formes fantasmagoriques. A droite et à gauche des colonies de champignons poussent allègrement et leur fraîcheur, comestibles ou vénéneuses, portée par l'humidité ambiante flatte notre odorat. Parfois une salamandre noire et jaune passe tranquille profitant de l'humidité du sol qui est son paradis. Malgré la pluie récente le chemin parfois  sentier n'est pas glissant, quelques rares passes demande notre attention mais aucun obstacle sérieux ne viendra perturber notre marche.

Portraits au hasard des unes et des autresPortraits au hasard des unes et des autresPortraits au hasard des unes et des autres
Portraits au hasard des unes et des autresPortraits au hasard des unes et des autresPortraits au hasard des unes et des autres

Portraits au hasard des unes et des autres

Et puis il a fallu, après avoir vu l'eau en cascades franchir le joli pont Romain (ne cherchez pas il n'est pas en photo...je suis passé dessus sans le voir) ! et attaquer la remontée de la falaise. Elle se fait par une ancienne route étroite carrossable, désaffectée à l'heure d'aujourd'hui pour cause de raideur, de virages en épingle très serrés et d'éboulements possibles. Au début aucun problème hors un petit éboulement qui laisse quand même suffisamment de largeur au chemin pour passer sans danger. Le groupe s'étire selon les rythmes et les formes de chacune et chacun. Tout le monde entend néanmoins les premiers grondements d'un orage qui arrive droit sur nous, les premières gouttes tapent sur mon chapeau, nous avons prévu, s'il ne sont pas déjà mis les équipements étanches sont rapidement enfilés, juste à point pour recevoir les premières cascades de pluies qui deviendront vite avalanches d'eau au fur et à mesure de la montée. Grondements, éclairs, eaux et brumes se mêlent heureusement sans vent, nous voyons à peine  les virages mais nous les comptons en riant tout en ayant hâte de prendre le dernier. Malgré nos vêtements nous sommes trempés jusqu'aux culottes et joyeux de l'être. Quelle émotions fantastiques cette montée !!! Philippe l'avait dit il va pleuvoir...!!!

Les trois cascades
Les trois cascadesLes trois cascadesLes trois cascades
Les trois cascadesLes trois cascadesLes trois cascades
Les trois cascadesLes trois cascadesLes trois cascades

Les trois cascades

le départ du Gîte de Souberochele départ du Gîte de Souberoche
le départ du Gîte de Souberochele départ du Gîte de Souberoche
le départ du Gîte de Souberochele départ du Gîte de Souberoche
le départ du Gîte de Souberochele départ du Gîte de Souberoche

le départ du Gîte de Souberoche

Ce matin on s'en va, c'est déjà la route du retour qui nous attends. On débarrasse, on range, on lave et on balaye tout cela sans précipitation ni bousculade. De manière organisée et rythmée la Land se remplit des tables et des bancs, des coffres et des malles, des sacs sans dos et des sacs à dos pour finir. Tour du site plein d'émotions pour beaucoup, adieux aux moyenâgeux gérant et gérante qui n'avaient jamais vu une équipe pareille dans leur gîte.
L'année prochaine l'ORNPC nous trouvera sans aucun doute un lieu aussi romantique que celui-ci tout en se disant que ce gîte va être enregistré dans notre mémoire morte (Rom) jusqu'à la panne complète du disque dur.

L'adieu à SouberocheL'adieu à Souberoche
L'adieu à SouberocheL'adieu à Souberoche
L'adieu à SouberocheL'adieu à Souberoche
L'adieu à SouberocheL'adieu à Souberoche

L'adieu à Souberoche

Cela y est on roule.
Premier arrêt au Claps, un énorme éboulement 
spectaculaire de blocs calcaire que la route traverse. Nous préférons emprunter un sentier pédestre un tantinet acrobatique mais absolument ludique pour franchir cet amas de roches déposées là par la seule volonté du hasard. L'aboutissement sera le saut de la Drôme après avoir passé deux petits lacs aux eaux bleues comme savent le peindre les particules de calcaire.

Sur le retour Arrêt au Claps
Sur le retour Arrêt au ClapsSur le retour Arrêt au Claps

Sur le retour Arrêt au Claps

Et puis on repart pour arrêter à Luc en Diois, capitale du peuple gaulois des Voconces. on arpentera les ruelles anciennes admirant fontaines, portes, fenêtres, lanternes et...sarcophages.

visite de Luc en Diois
visite de Luc en Dioisvisite de Luc en Diois
visite de Luc en Dioisvisite de Luc en Dioisvisite de Luc en Diois

visite de Luc en Diois

Marais de BouligonsMarais de Bouligons
Marais de BouligonsMarais de Bouligons
Marais de BouligonsMarais de BouligonsMarais de Bouligons
Marais de BouligonsMarais de BouligonsMarais de Bouligons

Marais de Bouligons

On pique-niquera aux marais de Bouligons autour d'une table ronde. Encore un moment émotionnel autour du pain, du vin, des chips, du jambon, des oeufs durs, du pâté de foie, du thon à la tomate super U, des cakes maison marbrés et pas marbrés. On se raconte les uns  l'orage d'hier, les autres le film ou on ne dit rien ou n'importe quoi qui fait rire et puis on mange, on boit.
On fera la sieste en marchant autour du marais, on cherchera l'oiseau, la libellule, la sauterelle la grenouille et même le castor, on grimpera aux tours admirer le panorama.

Paysage de
Paysage de Paysage de
Paysage de Paysage de

Paysage de

L'avant dernier arrêt sera sur la route départementale 93. Cette voie magnifique construite en 1807 à la pioche, pelle et brouette culmine au Col des Cabres. On y a installé la borne millière, réplique de celle mise par les romains au même emplacement pour remercier le préfet Ladoucette qui est le promoteur de cette route carrossable. Pour la même raison, un peu plus bas en aval d'un tunnel sur un pan calcaire naturel on a gravé à sa mémoire un cadran solaire.
Un petit détour de 9 km sera fait pour le village de Vaunière. Ce sera là notre dernier arrêt. Arrêt émotionnel et nostalgique pour Roland qui y a animé là quelques classes de neige. Aujourd'hui les quelques bâtiments aménagés subsistant  servent à l'association
"Villages des Jeunes" qui gère des lieux où des personnes de tous âges, de tous statuts, de tous horizons sociaux et du monde entier se rencontrent, travaillent et vivent ensemble, construisent un monde ouvert à la différence, respectueux de chacun-e. (ça c'est la pub...il faut reconnaître qu'en vrai c'est bien tristement émotionnel !)

les derniers arrêts sur le retour
les derniers arrêts sur le retour les derniers arrêts sur le retour les derniers arrêts sur le retour
les derniers arrêts sur le retour les derniers arrêts sur le retour les derniers arrêts sur le retour
les derniers arrêts sur le retour les derniers arrêts sur le retour les derniers arrêts sur le retour

les derniers arrêts sur le retour

LES AVIS PAS SUR GOOGLE. (non exhaustifs)

Que de FLOTS ÉMOTIONNELS ( belle expression de Roland!) durant ces trois jours!...

D'abord le bonheur de nous retrouver pour ce séjour magistralement organisé comme toujours, enrichi par les visites insolites concoctées par Roland.  Les balades , même  bien arrosées, dans un environnement superbe, nous ont enchantés. .. flotte émotionnelle !..

La vie dans le gîte : le lieu, les repas, les vaisselles ( certains messieurs ont découvert l'emploi d' un torchon!), les animations...tout était parfait!
 

MERCI  aux organisateurs trices, aux chauffeurs euses, au cinéaste , à toutes et tous pour cette avalanche de FLOTS ÉMOTIONNELS !

FLOTS  ÉMOTIONNELS QUI RENDENT LA VIE PLUS BELLE!!...

Marité

Merci encore aux organisateurs et particulièrement à Rolland pour ces 3 belles journées dans le Flot Emotionnel Diois.
JCB.

 

En espérant que Roland a encore en réserve beaucoup de ces coins perdus si agréables à visiter et de ces refuges isolés si favorables à la cohésion des groupes.

Et que nos cuisinières nous gratifient encore longtemps de leurs talents.

Marcello.
 

FLOTS ÉMOTIONNELS DANS LE DIOIS

Commenter cet article